Décryptage 30 juillet 2021

L’escrime en EHPAD, un sport qui fait mouche !

Étiquettes :

À l’EHPAD de Grenelle, à Paris, les résidents profitent, depuis près de trois ans, d’un atelier d’escrime adapté ! Animé par Camille Triquet, IDE et formée à la pratique de l’escrime adapté et Katia Luc, psychomotricienne, cet atelier original répond à de nombreux besoins des personnes âgées. Retour sur une activité hors du commun.

 

L’escrime, un sport complet

Pour Camille Triquet, infirmière diplômée d’état à Grenelle, « l’escrime adapté répond à des nombreux besoins des résidents : il permet de faire du sport et de lutter contre la sédentarité, de conserver une autonomie physique, de lutter contre l’isolement, d’améliorer l’image et l’estime de soi…Côté cognitif aussi, l’escrime a des vertus : nous travaillons sur les effets du vieillissement cérébral en faisant travailler la mémoire, la concentration, le temps de réaction, orientation spatiale… »

Mais surtout, c’est un sport ludique et multiforme, qui permet à tous les résidents, même les personnes en fauteuil roulant, de pratiquer l’activité. En effet, « l’escrime se pratique aussi bien débout qu’assis. Nous adaptons tous les exercices en fonction du résident, y compris ceux présentant des troubles cognitifs. » explique Camille Triquet.

L’escrime est loin d’être une activité que l’on pense trouver lorsqu’on parle de sport en EHPAD, c’est même l’opposé de ce que les médias renvoient au grand public. « On casse les codes ! C’est innovant ! Les résidents ont la possibilité de sortir des sentiers battus et de de pratiquer une activité sportive adaptée, sur mesure. Les résidents pratiquent avec du véritable matériel d’escrime adapté : (sabres plastiques, cuirasses adaptées, masques,…), ce qui valorise les participants. Cet atelier change le regard de l’entourage sur le résident. Que ça soit les soignants, les enfants, les petits-enfants…Soudain, la personne âgée devient à nouveau acteur d’une activité sportive vue comme sophistiquée et dangereuse.

 

Un duo d’intervenantes pour une sécurité optimale

Une des clés de la réussite de cet atelier est la co-thérapie, donc l’idée d’animer l’atelier à deux professionnels, Camille et Katia. « Je pratique l’escrime depuis de nombreuses années, en club. En discutant de façon informelle avec Katia, qui est psychomotricienne à l’EHPAD, cela l’a tout de suite inspiré. Nous avons rapidement décidé de monter un atelier d’escrime adapté. Mais cela était encore très flou !

Katia savait qu’en mettant nos connaissances en commun, un atelier très intéressant pourrait voir le jour. Afin de répondre à notre besoin de connaissances, j’ai parlé de notre projet à mon maître d’armes, Stéphane Denoyelle, qui travaille au Cercle Sportif de l’Institution Nationale des Invalides. Il entraine l’équipe nationale d’Handisport escrime et anime un atelier d’escrime adapté avec les résidents de la maison de retraite des Invalides. Il a adhéré à notre projet, et nous propose de venir aux Invalides afin qu’il puisse nous guider. J’ai également été formée à la FFE, la Fédération Française d’Escrime. La force de notre binôme est de pouvoir accueillir tous les résidents quelques soit leurs difficultés. Nous arrivons donc à accueillir des groupes très hétérogènes, avec des troubles cognitifs, des difficultés motrices… »

Le projet est bien-sûr validé par le médecin coordonnateur et la direction. Nous avons par ailleurs le soutien de l’ensemble des soignants de l’établissement : infirmiers, des aides-soignants, des kinés et de l’ergothérapeute. Les salariés de l’établissement sont d’ailleurs invités à participer à un atelier. Tous ceux qui sont venus sont sortis avec le sourire. Le temps d’un atelier, leur relation au résident change.

 

Vers de nouvelles aventures ?

Cet atelier a permis de créer des liens avec des partenaires, notamment avec les Invalides : un projet de visite et d’accueil des résidents des Invalides dans notre établissement sera réalisé dès que les mesures sanitaires le permettront.

La Fédération Française d’Escrime souhaite également intégrer Camille à de prochaines formations, afin de donner un retour d’expériences sur la mise en place de ce projet en EHPAD aux futurs diplômés.

Dès 2019, l’accueil de jour, « Jeanne Garnier » m’a proposé d’intervenir une heure par semaine dans leur structure pour animer un atelier d’escrime adapté. Nous avons dû arrêter à la suite de l’apparition du coronavirus. Nous espérons pouvoir relancer ce projet en 2021 dans cette structure, et diffuser cette bonne pratique dans d’autres établissements !

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à le partager !